Categories

Archives

Retour au blogue

Le jour où j’ai compris que tout le monde mérite une 2ème chance

Une 2ème chance pour obtenir du crédit auto… ou du succès en restauration!

J’habite Gatineau depuis bientôt 20 ans. Je suis arrivé en 1995. J’étais cassé comme un clou et j’avais bon espoir de me trouver un emploi; ce dont il manquait cruellement dans ma ville natale. J’accumulais le crédit. Auto, maison et voyages n’étaient pas des exceptions. La décision de partir n’avait pas été facile à prendre : j’allais devoir laisser derrière mes amis, ma famille et tout ce que j’avais connu jusqu’alors. Mais, c’était ma seule option.

Les années ont passé et m’ont confirmé que j’avais pris la bonne décision. La vie m’avait offert une 2ème chance : je m’étais vite trouvé un emploi stable avec d’excellentes conditions de travail, et j’étais aujourd’hui propriétaire de la maison de mes rêves et père de trois beaux enfants.

Il y a quelque temps, j’ai reçu la visite d’un ami d’enfance de passage dans la région pour le travail. Comme lieu de rencontre, il m’a proposé un petit café à deux pas de chez moi, établissement que j’avais déjà visité par le passé. Au nom de l’établissement, j’ai froncé les sourcils et secoué la tête : « Hors de question! Je déteste cet endroit. » J’avais eu une très mauvaise expérience lors de ma première visite quelques années auparavant, et je n’avais aucune envie de donner une 2ème chance à l’endroit.

À l’époque, le café en était à ses balbutiements. Je passais devant la vitrine tous les matins : on pouvait y voir les propriétaires, quelque peu maladroits, faire des pieds et des mains pour satisfaire leur clientèle. Ils étaient jeunes, inexpérimentés et accumulaient probablement les dettes : hypothèque, crédit auto, carte de crédit, etc. Ils y mettaient tout leur cœur, mais commettaient erreur de débutant sur erreur de débutant.

Je m’y étais aventuré un dimanche après-midi d’automne, en route pour obtenir mon premier crédit auto, justement. La jeune barista, visiblement stressée, s’était trompée deux fois dans ma commande et j’avais fini par quitter l’établissement sans ma commande, frustré et me promettant de ne plus jamais y remettre les pieds.

Mais voilà que mon ami tentait de me convaincre d’accorder une 2ème chance au petit café qui m’avait tant déçu. Selon lui, un magazine culinaire affirmait qu’on y servait maintenant le meilleur café en ville. Surpris de constater que les propriétaires connaissaient aujourd’hui tant de succès, j’ai décidé de retenter l’expérience.

Le décor ambiant était transformé. Le local qui semblait autrefois vide et désorganisé était maintenant luxueusement meublé et décoré au goût du jour. La barista que j’avais rencontrée quelques années auparavant était là : elle avait pris de l’assurance et affichait un sourire confiant. Le café était délicieux et l’endroit sentait un mélange de pain fraîchement sorti du four et de pâtisseries.

Ce jour-là, j’ai appris que tout le monde méritait une 2ème chance, qu’on cherche à obtenir du succès dans le monde de la restauration ou du crédit auto.

Share this: